Là haut.

Bon, nouveau décès dans la famille. Inutile de tourner autour du pot, je n’ai jamais été pour, autant mettre les pieds dedans direct.

Chose normale, naissance, vie, mort. Ok. Mais ça fait quand même chier. J’y avais échappé depuis quelque temps, je dis ça car généralement lorsque y’en a un, plusieurs suivent…comme si cet enculé de Murphy et ces lois à la cons allaient faire une exception. C’est drôle quand on y pense… Dès la nouvelle annoncée, on ressent comme une pseudo culpabilité qui nous fait dire qu’on aurait dû faire ci ou ça et qu’au final, on a passé plus de temps à s’occuper d’autre choses. En même temps, d’un point de vue un peu plus objectif, on ne peut pas non plus faire tout en même temps et être à plusieurs endroits géographiques à la fois. Il y avait de l’espoir que ça arrive mais Steve Jobs aussi a décidé de rejoindre Elvis pour boire un coup. Il faut savoir l’accepter.

C’est avec une humeur terriblement nostalgique et à la limite de la mélancolie que j’ai décidé d’écrire ce billet. Je déclare donc la minute émotion ouverte. Comme une envie soudaine d’extérioriser ce que j’ai dedans en ce moment, histoire de faire tomber cette pudeur des sentiments qui me caractérise si bien l’espace d’un instant. Tu en as rêvé, Mélo l’a fait. What else ?

En fait, nous sommes juste là de passage. Comme lorsqu’on traverse un pont, sauf que t’es pas pressé(e) d’arriver sur l’autre rive. Ce qui est dommage, c’est qu’on trouve rarement le temps de faire tout ce qu’on voulait faire dans une vie, comme si sur une moyenne de 70 piges t’avais pas le temps.

Chelou.

Pleure pas petite sirène (oui, j’ai des références de fou), c’est juste une réflexion du moment.

Je pense qu’il n’y a pas de plus bel hommage que de célébrer la vie, à notre niveau, certes mais c’est quand même important. Nous sommes jeunes, vieux, cons, à l’arrache, speed, rouges, verts, grands, petits, chiants alors brandissons notre rire le plus sonore et kiffons. Kiffons lourd les gars, il est temps.

Ah oui, j’allais oublié, je ne suis pas la personne la plus expressive de ce monde, loin de là et j’en suis consciente, j’en ai payé les frais et heureusement. J’évolue de jour en jour et j’aspire à tendre vers un juste milieu. J’y arrive presque mais il me manque encore quelques efforts à fournir, patience est le maître mot. Je ne suis pas un livre ouvert mais j’ose espérer que les gens qui me sont proches savent à quel point je les respecte, je les estime et surtout à quel point je leur suis reconnaissante de ce qu’ils ont pu faire pour moi et de ce qu’ils feront.

Alors parce que vous répondez présent, parce qu’on partage tout et rien, parce qu’on se tape des barres sur tout et n’importe quoi, parce qu’on passe des heures au téléphone, parce que vous partagez mes envies et parce que vous m’écoutez… à tous, merci.

Je vous aime.

Sur ce, va pécho un mouchoir, moi je vais apprendre quelques chorés de Lady Gaga,

Adios,

-Mélo-

PS : Je pense à vous là haut.

Publicités

Comme une envie d’évasion…

Si toi aussi parfois, derrière ton écran d’ordinateur, Youtube à fond les ballons, tu comprends le chant d’espoir du loup qui meurt d’amour et que tu as envie de peindre en milles couleurs l’air du vent, alors bienvenu(e).

J’en ai parfois marre de mon métro-boulot-dodo et malgré la tonne le peu de choses que j’ai à faire, je trouve encore le temps de faire tout un tas de trucs à côté, comme faire le tour du monde sur google map (arrête, je suis sûre que t’as déjà essayé), de tracer des itinéraires virtuels de voyage, explorer le site d’amazon.fr dans ses bas fonds (au cas où y’aurait des soldes de fous sur…tous les bouquins, histoire de ne pas faire enrager ton banquier), démonter ta cuisine ou encore organiser ton iTunes. Généralement, c’est mauvais signe et cela signifie que j’ai réellement besoin de dire un gros fuck (même si je vous aime d’amour) et de m’en aller telle la princesse que je suis sans tourner les talons. Malheureusement, ce n’est pas toujours possible non seulement car je manque cruellement de temps mais surtout parce que mon compte bancaire est aussi rempli qu’une assiette somalienne. Alors je prends mon mal en patience, ferme les yeux et dans ma tête, je me roule dans l’herbe de la colline comme cette connasse de Pocahontas (sans John Smith, il est moche). Je vous rassure, ça ne fonctionne pas à tous les coups mais Dieu seul sait que notre imaginaire peut nous apporter parfois bien plus qu’une satisfaction, alors enjoyez les amis,

Uuuuuuuh !

-Mélo-

Philo de comptoir, quand tu nous tiens…

Citation

23 janvier 2012, 23:57:55 :

‘T’imagines avoir un pouvoir qui ne sert à rien ? Exemple : avoir la capacité de savoir qui s’est fait enc**** juste en le regardant. On pourrait avoir des surprises. :3’

24 janvier 2012, 00:01:41 :

‘:D

Je ne sais pas d’où sortent mes conneries. Je dois être l’épicentre de la connerie humaine. Pendant ce temps, je veux ce pouvoir. Ça et cracher du liquide vaisselle par le nez.’

Merci CC, merci.

Gniiiiiiiiiiiiii !

Oui, je n’ai pas posté depuis longtemps. Une sale spirale m’a retenue prisonnière de la vraie vie mais j’ai réussie à m’en découdre : Alléluia.

Aujourd’hui, j’ai trouvé un stage. Et c’est vêtue d’une sale tenue ‘pyjama/dimanche’ dont le goût relève de la sentence pénale que j’effectue la danse de la joie et de la légèreté. Amen. Je suis contente. 🙂 Je vais enfin pouvoir prétendre apprendre un ‘vrai’ travail, celui pour lequel j’ai fais 5 ans d’études. Le premier jour du reste de ta vie, comme dirait l’autre. It’s a new day and I’m feeling good, comme le susurrait Nina. On peut continuer comme ça longtemps donc je vais arrêter.

Je voulais juste remercier mes chouchous de potes qui ont suivi l’affaire avec moi, qui m’ont écouté lorsque j’en avais besoin et qui ont su me comprendre et me conseiller. Dieu sait que je n’ai pas toujours été agréable et que ça n’a pas toujours été évident mais il y a eu du bon dans le mauvais : niveau entretien je suis rodée et j’ai pu comme ça, profiter des joies prémices du chômage. Plus sérieusement, vous avez été méga choubidou et c’est pour ça que je vous kiffe de ouf. Vraiment. Ça me fait chaud au coeur. Je vous souhaite de faire des bêtes de stage, de vous épanouir et de réaliser vos rêves les plus fous et vos envies sucrées. Mention spéciale pour Chouchou : Hang on, j’ai confiance en toi. 😉

Minute émotion done. Quoi de neuf sinon ? Pour ma part, j’ai rangé ma chambre (ne sois pas si je-m’en-foutiste, je suis sûre que quelque part ça t’a intéressé) et j’ai appris la disparition d’Etta James, c’est triste mais bon, ils finiront par tous partir..laissant derrière eux une orde de chanteurs inexpérimentés et sans talent. RIP Madame.

Parallèlement, j’ai appris que les américains fermaient Megaupload, non mais WTF ? Se rendent-ils compte de la merdasse dans laquelle ils nous mettent ? Scandaleux, moi je dis. J’ai aussi lu dans un fait divers que des gens de Liverpool ont porté plainte contre un cinéma, le pourquoi ? Ils ont été voir The Artist et ont été ‘choqués’ car le cinéma avait ‘omis’ de leur dire que le film était…un film muet. La connerie humaine me surprendra toujours mais là, j’ai juste envie de crier haut et fort : ET LE SYNOPSIS C’EST POUR LES ENCULÉS ? Bande d’ingrats.

Ah et pour les incultes, l’une des plus belles chanson du monde entier de la vie de tous les hommes de la Terre, ahuuuuuuuu !

Bien à vous,

-Mélo-