Les bisounours sont tous morts, enfin, je crois.

Je voulais faire un long article bien chiant sur la grosse blague du pôle emploi mais je me suis auto faite chier en l’écrivant donc je vous épargne ça.

Cet article ne sera pas long et ne sera pas non plus sans artifices.

Je me suis longtemps tâtée sur le fait d’exprimer mon avis ou non sur l’actualité, autrement dit le mariage pour tous. Comme certaines choses me révulsent, j’ai décidé de mettre ma pierre à l’édifice et d’exprimer le fond de ma pensée au travers de ces quelques lignes.

Le mariage pour tous donc, quelle belle idée. Mais pas pour tout le monde, apparemment.

Je suis de ces personnes qui ne se sont pas de suite intéressées au ‘problème’, égoïstement je dois bien l’avouer.

Je pense toujours qu’il y a des problèmes bien plus importants à régler en France et que ce projet est peut être secondaire. Secondaire car je trouve ça logique que les mentalités évoluent vers la légalisation du mariage pour les hommes qui aiment les hommes et pour les femmes amatrices de jolis nénés. Mais encore une fois, la France fait preuve d’un attachement disproportionné pour les valeurs du siècle dernier. Après tout, les mentalités évoluent mais les gens adorent l’hypocrisie et préfèrent se dire que si l’on ne change rien, c’est bien mieux comme ça. Bah oui, hein, faut surtout pas changer. Parce que le changement et l’évolution, c’est mal, bouh. Bande d’ignards.

Prenez pour acquis que je compte parmi mes amis ou mes connaissances des gens de toutes sortes, homos y compris. Me marier n’est pas un but que je me suis fixée, cela ne fait pas parti de mes objectifs et que je crois au mariage ou importe peu ici. Cela dit, je comprends ces gens qui en rêvent et pour qui, être lié à une personne via un sentiment, au sens le plus pur du terme, a une importance. La reconnaissance d’une promesse de vie que l’on se fait à sois même et à l’autre. Je vous parle du mariage en tant qu’engagement, pas de religion là dedans. Ça, c’est un autre discours que je ne prendrai pas la peine d’aborder ici car je n’en ai pas la carrure ni les connaissances, surement.

Pour en revenir à l’actualité, oublions le mariage, oublions l’homosexualité deux minutes et concentrons nous sur la base du mouvement.

Je suis écoeurée, scandalisée et apeurée de voir qu’en 2013, des gens descendent dans la rue, militent pour priver d’autres personnes d’acquérir un droit qui serait le reflet d’une évolution des mentalités nécessaire à une ouverture le monde qui nous entoure. Tant de combats, de manifestations, de grèves ont été menés pour construire notre pays pour arriver…à ça. Pourquoi ?

Que certaines personnes soient contre n’est pas là le nerf de la guerre, chacun ses opinions mais de quoi je me mêle, putain de bordel de merde ?

Si encore vous auriez de bons arguments mais prendre l’excuse du code civil, qui, soit dit en passant, ne changera PAS ou encore ‘ouais bah les pédés, c’est génétique, leur enfant sera forcément pédés aussi’, m’exaspère. Certaines personnes s’engouffrent dans leur propre ignorance, c’est beau et poétique à la foi. Quant à la fin de l’humanité, si la connerie n’a pas encore signé le clap de fin, on a encore de la marge.

Quand arrêtera-t-on de nourrir les clichés et d’être la risée des autres pays ?

Think about that et n’oublie pas que…WE’RE BORN THIS WAY BABY.

Avant de vous laisser, je vous impose une petite pause pub.

Parce qu’elle est bien trop modeste (c’est tout elle, ça), Goulour lance ENFIN son site pour vendre ses choupis bijoux !

Alors n’hésite pas à prendre contact parce que la pâte fimo, elle adore ça ! So GO !!!

http://clourtesurpatte.wix.com/bijoux

– Poutoux quand même –

Publicités

Comme dirait Céline, ‘I’m alive’.

Vidéo

Bien le bonjour à tous,

Dimanche gris, post à l’appui !
Cela fait un petit bout que j’ai délaissé le glaoui, honte sur moi.
À la demande de ma compatriote glaouitesque, je vous prépare aussi une playlist spéciale pépites, remplie de mélodies qui m’ont accompagné tout au long de ma croissance, aussi courte ait-elle été.
En attendant, j’espère que vous avez passé de bonnes fêtes de fin d’année entre le foie gras et les chocolats et je vous souhaite à tous, tous les trucs bidons que l’on souhaite chaque année mais qui n’arrivent jamais.

Et pour appuyer ce nouveau départ du calendrier, une belle chanson de pouf’ !
Parce que, nous aimons ça.

Zoubis

– Mélo –

API BEURZDET !

ET BEN MÊME QU’AUJOURD’HUI C’EST L’ANNIVERSAIRE DE GOULOUUUUUUUUUUUR !!!!!!

UN JOYEUX ANNIVERSAIRE TOUT PLEIN DE GUIMAUVE, D’AMOUUUUUUUR ET DE CHAUSSURES (faut pas déconner,quand même) !!!

Que ton quart de siècle t’apporte sagesse et que les 25 prochaines soient aussi roses que du PQ !

Je ne pouvais pas te souhaiter ton anniversaire sans un cadeau digne…alors voilà, pour toi :

Poutoux spécial pour Goulour,

Pour les autres, repassez demain !

– Mélo –

3615 achetez moi une corde, dieu vous la rendra.

J’ai honte car je me laisse aller.

J’ai honte car je cherche du travail sans aucune motivation.

J’ai honte car je n’ai pas de travail

J’ai honte car aujourd’hui, j’ai pointé au pôle emploi.

J’ai honte car ma pile de livre est toujours là.

J’ai honte car je passe mes journées en pyjama (sache quand même que je me lave, quand même).

J’ai honte car je n’ai envie de rien.

J’ai honte car je ne supporte plus personne.

J’ai honte car je n’assume pas.

J’ai honte car je partage ça, ici, avec toi.

 

Un jour ça ira mieux. Je pourrais soutenir mes amis haut et fort sans m’écrouler une fois que je raccroche le téléphone, j’aurais retrouvé ma joie de vivre, je recommencerai à cuisiner et à avoir l’envie du voyage. Un jour j’arrêterai d’être blasée…mais pas maintenant, y’a bientôt Loïs et Clark (Oui, tu as bien lu).

Bises quand même

– Mélo –

 

Le chômage, tout un état d’esprit.

WAZAAAAAAAAAAAA.

Vous savez quoi ? Je profite de mon temps libre et je commence à kiffer mes vacances. J’ai décidé de me laisser une petite trêve avant de reprendre mes recherches, parce qu’après tout, je suis seule à décider de mon devenir. Alors, fuck, l’avenir prospère qui m’est réservé attendra mon retour de Rome. Ouais, j’me la pète.

Alors, si toi aussi, tu es de fucking bonne humeur, fais comme moi: danse d’un pas lourd et complètement désordonné derrière ton PC, le cheveux gras et le pyjama digne d’un crime contre la mode parce qu’après tout, y’a pire dans la vie.

(Au cas où tu te poserais la question, oui, j’ai toujours fait preuve d’une classe inégalable et d’une grande finesse).

Ah et autre chose, j’autorise officiellement Goulour à publier les photos de ses vacances, je ferai de même.

Kissouilles,

– Mélo –

Breaking news…ou pas.

Bouh.

Non, je ne vous ai pas oublié, même si le dernier post remonte à limite un quart de siècle.

Comprenez, je suis stagiaire. Un rang social assez particulier, un statut permanent de ‘cul entre deux chaises’. Non seulement tu apprends en travaillant, contrairement à d’autres connasses qui sifflent, mais en plus de ça, oui car sinon ce n’est pas drôle, le soir en rentrant chez toi, tu te tapes les moultes offres d’emploi (qui ne te concerne absolument pas) dans l’espoir d’éviter de te présenter au pôle emploi à l’obtention de ton diplôme. Les petits plaisirs de la vie, ça n’a pas de prix.

Enfin bon, tout ça pour vous dire que je pense à vous mais qu’il n’y a pas assez d’heure dans une journée pour que je puisse poster mes petites anecdotes sur la vie.

Donc quoi de neuf ?

–          J’ai enfin fait les courses après une semaine somalienne. Champagne !

–          La révolution érable au Québec ne désespère pas. Je suis quelque peu admirative de tous ces étudiants qui ont risqué leur session de cours pour leurs droits. La lutte rouge doit continuer, il y a des choses auxquelles on ne peut pas toucher. Continuez à sortir vos plus belles casseroles pour faire raisonner vos revendications, on pense à vous, de l’autre côté.

–          Je commence à avoir envie de partir en vacances. Pas bon, du tout.

–          J’ai deux poissons rouges maintenant. Non, en fait, un rouge et un jaune, pour la diversité, c’est important.

–          Paris me manque mais ça…vous le savez déjà.

–          J’aime Gaga mais ça…vous le savez aussi.

Comme vous pouvez le constater, je n’ai rien de bien beau à vous annoncer. D’autant plus que la rédaction de mon mémoire approche à grand pas. Autant j’aime faire flâner mes petits doigts knacki sur le clavier pour vous raconter du caca, autant j’ai vraiment du mal à pondre 40 pages sur un sujet scientifique, bien qu’il me tienne à cœur. J’ai un rationalisme à couper au coûteau. Bref, comme à chaque fois, je compte bien m’en sortir haut et fort, histoire d’arracher ce bout de papier à cette université sodomite et de m’en aller comme une princesse vers d’autres horizons.

Niveau coup de cœur, un coulis de chocolat au lait s’est abattu sur moi lorsque j’ai vu ‘Le ruban blanc’ de Michael Haneke et ‘La merditude des choses’ de Felix van Groeningen, tous deux prêtés par une collègue. Deux très bons films que je vous recommande fortement, pour votre culture personnelle.

Bécos

– Mélo –