Résurrection : part one.

Me revoici, me revoilà en chair et en chair.

Oui, ça faisait longtemps mais cher lecteur, j’ai une excuse : j’étais occupée à changer de vie.

Sisi, c’est vrai, j’t’assure, genre j’ai déménagé tout ça tout ça. Dieu que ma vie est passionnante, vraiment.

J’ai donc quitté ma chère, tendre et pas rose banlieue pour partir m’installer en Alsace quelques temps, et plus particulièrement à würstland, autrement dit Strasbourg. Mon arrivée quelque peu chaotique dans cette ville a fait que je commence seulement à me poser, 3 semaines après, normal.

Oui car Mélo aime les aventures, le stress et l’angoisse. Au final, ne nous plaignons pas, tout est bien qui fini bien et je dois dire que je ne suis pas mécontente. J’ai un stage intéressant où les gens sont cools, j’habite une résidence blindée d’étudiants en tout genre, le Mcdo (repère de civilisation) est à moins de 7 minutes à pied de mon habitation, la poste ferme à 18h30 et je peux aller acheter ma lessive en Allemagne, rien qu’en prenant le bus, what else ? Sans compter que Strasbourg, c’est quand même super trop méga giga ta gueule choupi comme ville.

Je prends donc le temps de me poser quelques minutes pour  vous conter mes aventures et de vous faire part de quelques confidences. Juste histoire de vous livrer mes toutes premières impressions concernant ma nouvelle vie (inutile de te dire que si ça t’emmerde déjà à ce stade, ne va pas plus loin, l’herbe n’est pas plus verte) :

–          Alors déjà, le train ça te coûte un bras. Ca te pousse limite à la prostitution. Avant c’était bien, t’avais un train lent qui était assez bon marché mais là, depuis l’apparition ecclésiastique du TGV-est, ils en profitent pour mettre des bananas et se toucher violemment sur les prix. Généralement, le moment où je dis ça, il y a toujours une âme naïve pour balancer un fameux ‘Mais non, si tu t’y prends à l’avance…’. Et bah, ta mère ok ? C’est quand même cher, s’tout. C’était l’instant vulgaire, vous pouvez changer de chaine.

–          Dans l’est, il fait plus froid que dans la capitale. Même qu’ici quand il fait 5 degrés, c’est les tropiques. Normal.

–          Ici les gens ont un accent…local dirons nous, assez marrant pour une connasse de parisienne comme moi. De plus, l’alsacien est fier de ses origines et se sent alsacien avant d’être français.

–          En Alsace, certaines choses diffèrent par rapport  au reste de la France. Ils ont des lois bien à eux. Le 26 décembre, c’est férié par exemple. Et le 1er mai, aucun de chez aucun bus ou Tram ne circule, sous entendu, Rentre Avec Ton Poney.

–          Une gastronomie lourde et grasse raffinée et de goût de chiotte : affutez vos couverts, les patates, les pieds de porc et la crème fraîche sont au RDV. Miam ! Sans oublier la célèbre choucroute, royale, un peu comme le couscous.

–          Une situation géographique qui a ses avantages, oui car l’Allemagne et la Suisse sont facilement pénétrables accessibles.

–          Et puis même que Strasbourg c’est cosmopoliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiite ! et ça, ça me rappelle une ville pour laquelle je voue un amour indicible, Montréal. C’est toujours agréable de rencontrer des gens venant des 4 coins du monde.

C’est à peu près tout. Bien évidemment, j’aurais pu vous parler du SushisDo qui livre à domicile des jolis sushis trop bons ou encore des gens qui disent ‘bonjour’ dans le tram lorsqu’ils s’assoient devant toi mais ça, ça sera pour une autre fois, ne soyez pas si gourmand. Chaque chose en son temps.

Lorsque j’aurai la foi je posterai quelques photos, histoire d’illustrer tout ce long et beau discours mais pas maintenant, faut que je change de vernis.

 

Ravie d’avoir poster pour vous et en cadeau, le coup de cœur du moment, enjoy !

http://www.youtube.com/watch?v=8UVNT4wvIGY

Kiss kiss bang bang,

-Mélo-

Publicités